Catégorie : Mamans créatives

Interview de Marie du blog Little Bunbao

Interprète en langue des signes française (LSF) et formée à la psychologie du développement de l’enfant, Marie est la maman épanouie de Bao, 2 ans. Elle attend un deuxième enfant pour le mois de juin. Nous avons eu le plaisir de l’interviewer pour le numéro 9 de La Tribu des Idées. Retrouvez ici l’intégralité de cette interview.

Pourquoi signer avec bébé ?

Pour un nombre incalculable de raisons mais la plus évidente, c’est que signer avec son bébé permet de réduire sa frustration. On met en place les signes avant l’apparition de la parole (on associe les signes puisés de la langue des signes aux mots prononcés à l’oral en même temps pour que le bébé puisse relier les deux). Ainsi il va pouvoir exprimer, au travers de ses mains, ses besoins comme la peur, la faim, son besoin d’être rassuré, apaisé ou aidé. C’est un bien joli outil pour comprendre que l’enfant est une véritable personne avec des besoins auxquels il est important de répondre. Ce sont donc des signes puisés de la langue des signes française (LSF) qui vont être associés à la parole. Mais les enfants ne vont pas être bilingue LSF car on ne fait pas de phrase, on utilise les signes comme des outils. Les signes ne permettent pas que ça chez le bébé, ils vont stimuler son éveil, sa coordination, sa motricité fine et surtout contribuer à construire une complicité avec la personne qui les lui apprend et les pratique avec lui. Quand on signe avec son enfant, on est entièrement connecté à lui : notre regard, notre corps… tout est tourné uniquement vers lui. Dans une ère où l’on vit le téléphone greffé à la la main et les yeux rivés sur des écrans, ce sont de véritables moments d’échanges de qualité.

« À partir de 6 mois, le cerveau de l’enfant commence à mémoriser les signes, c’est un âge clé pour s’y mettre »

Y a-t-il un âge idéal pour commencer ? Et un âge limite ?

On peut commencer à signer avec son bébé dès la naissance pour en prendre l’habitude. Les comptines signées vont être un sacré outil pour apaiser son tout petit. À partir de 6 mois, le cerveau de l’enfant commence à mémoriser les signes, c’est un âge clé pour s’y mettre. On va donc toujours signer le mot en le prononçant à l’oral, et le répéter dans le temps. À partir de 9 mois, les bébés commencent à avoir la capacité motrice à reproduire les signes qu’ils ont retenu pour exprimer ce dont ils ont besoin.

Il n’y a aucun âge limite pour se mettre à signer avec son enfant, bien sûr en fonction de son âge on va signer les mots qu’il ne prononce pas encore. Même pour les plus grands ça a une véritable utilité, comme celle de signer leurs émotions qui sont plus faciles à exprimer en signes lorsqu’ils sont submergés. Diverses activités linguistiques peuvent également être créées, autour par exemple des animaux, des aliments, pour découvrir du nouveau vocabulaire de manière ludique.

Par quoi commencer ? Pourriez-vous par exemple nous conseiller 5 signes incontournables ?

Chaque enfant est unique il en revient aux parent qui savent mieux que quiconque les choses essentielles pour leur enfant mais si je devais en conseiller quelques uns :

Le signe « encore ». Il va permettre au bébé de dire si il veut qu’une action se prolonge comme pour le bain ou le repas ou bien des moments d’échanges comme des câlins des chatouilles ou des chansons.

Le signe « fini ». Le bébé va pouvoir informer sans pleurer ou se mettre en colère qu’il souhaite que l’action en cours se termine : comme pendant le bain si il a froid, un soin, le repas etc.

Le signe « tétée » ou « lait », pour qu’il puisse nous dire qu’il a faim ou besoin de réconfort.

Le signe « peur ». C’est un signe qui est très vite signé par les tout petits il permet de mieux

comprendre leurs craintes qui sont à cet âge très intenses et difficiles à identifier.

Le signe « Changer la couche ». Une couche souillée n’est pas franchement agréable pour eux et va mettre certains bébé dans un véritable inconfort et provoquer des pleurs, c’est donc un signe qui permet de vite remédier à cette situation.

Quand et comment avez-vous découvert la LSF ? Vous l’avez pratiquée avec Bao ?

C’est une histoire d’amour de longue date. J’ai découvert la langue des signes Française lorsque j’étais enfant dans un livre à la bibliothèque, et j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette langue. J’en ai fait ensuite ma vocation ça a dessiné tout mon parcours scolaire, mes études et formations. Je suis devenue ensuite interprète Lsf /français auprès des enfants atteints de surdité dans le milieu scolaire. Et une fois que je suis devenue maman, je me suis retrouvée comme beaucoup impuissante face aux pleurs de ma fille, à ne pas comprendre ce qui n’allait pas, ce dont elle avait besoin, la cause de ses nombreux pleurs. Je savais qu’aux États Unis les signes de l’ASL étaient utilisés avec les bébés pour leur permettre de communiquer, je me suis donc mise à lui signer les mots importants correspondants à ses besoins et ainsi tout naturellement j’ai commencé à mettre en place avec elle les signes, et lui faire des comptines signées qui l’apaisaient des manières impressionnantes lors des trajets en voiture, chez le pédiatre et autres situations inconfortables pour elle. Un vrai succès ! Elle a commencé à signer « encore » lors des repas vers 10 mois, ce qui nous a permis de découvrir ce qu’elle appréciait vraiment . Puis après l’acquisition de la marche, ce fut l’explosion au niveau de son lexique. Tous les signes que son cerveau avait vu, elle les avait retenu. Ce fut un vrai bonheur de la comprendre aussi facilement !

« Il faut foncer et semer les graines du maternage pour un plus large épanouissement des familles »

Au-delà des bienfaits de la LSF, c’est toute la notion de maternage proximal que vous défendez ?

Le maternage proximal est au cœur de ma parentalité. Il a été une évidence au fil des découvertes. Il a permis mon épanouissement, celui de ma fille et celui de ma famille toute entière. Alors forcément j’informe sur ce sujet dont on ne parle pas assez, il me semble

capital d’en connaître l’importance pour le développement de l’enfant et des parents. Encourager la mère comme le père à s’écouter, se fier à son instinct, répondre aux besoins de leur enfant et envoyer valser les conseils poussiéreux qu’on peut nous rabâcher qui vont à l’encontre du bien être du bébé comme du parent, me semble primordial. Les neurosciences appuyant tout cela, il n’y a pas de place au doute : il faut foncer et semer les graines du maternage pour un plus large épanouissement des familles.

« Le grand guide des signes avec bébé » est votre premier livre ? Comment s’est passée la collaboration avec Hachette ? Et avec l’illustratrice Emmanuelle Pioli ?

C’est mon tout premier livre, un véritable prolongement de ce que je partage sur les réseaux: des signes puisés de la LSF et du maternage proximal. Je n’aurais jamais pensé avoir la chance d’écrire et d’être éditée, alors quand les éditions Marabout Hachette m’ont contacté pour « écrire le livre de ma vie » j’ai cru que c’était un canular ! Deux éditrices formidables m’ont pris sous leurs ailes toutes deux jeunes mamans et convaincues de la réussite de ce livre elle m’ont guidé dans cette aventure, un smile et un enthousiasme qui m’ont permis de foncer et saisir cette chance. Elles m’ont de suite proposé en illustratrice Emmanuelle Pioli elles ont ouvert son dernier ouvrage dont elle avait réalisé les illustrations : il a fallu juste un coup d’œil pour comprendre qu’elle était l’illustratrice de mon livre : un univers rond, doux et coloré se mêlant parfaitement au mien, une véritable chance pour moi ! Emmanuelle a su au fil des semaines comprendre toute l’importance des signes de la LSF, de cette langue dans laquelle on pioche et qui me tient tant à cœur. Elle s’est appliquée à respecter l’ensemble de la magie de chaque signe en traduisant à merveille les expressions du visage et la complexité de certaines configurations, pour un résultat coloré et chaleureux.

« Depuis que Bao est née, je danse avec elle »

Quelles sont les activités que vous partagez avec Bao ?

Depuis que Bao est née, je danse avec elle. Au départ c’était pour la bercer en portage et décompresser des longues journées pour la re-motiver puis c’est devenu un rituel une activité qui illumine la maison et transforme la lassitude, la fatigue en éclats de rire. On l’utilise pour décharger lors des journées trop intenses tristes ou lourdes. La lecture a également une place capitale dans nos journées, et maintenant qu’elle grandit le skate et le surf, passions qui ont permis à mon mari et moi de nous rencontrer, nous voulons le partager avec elle.

De mon côté, la photographie reste au cœur de mes passions et j’ai la chance de pouvoir l’intégrer à une partie de mes activités professionnelles : la création de contenu sur les réseaux sociaux.

Merci de bien vouloir citer 3 blogs ou compte instagram que vous recommanderiez, en expliquant pourquoi en une phrase.

Le compte instagram que tout parent ou futur parent devrait connaître : @lamatrescence, une pépite d’Instagram au travers de Clémentine Sarlat qui informe sur le phénomène de la matrescence qui touche sans le savoir tous les parents.

Le blog de @novaswithlove : un puits sans fin d’infos fiables et récentes pour accompagner les parents dans le maternage proximal et notamment au niveau du sommeil de l’enfant qui restent pour beaucoup un cause de stress intense.

La formidable illustratrice @fannyvella qui, à travers des dessins, réalise l’impensable : mettre en lumière le point de vue de l’enfant du bébé, un véritable soleil dans l’univers du maternage, elle éclaire ainsi de nombreux parents.

mamans créatives : Doriane le pays des merveilles

Mamans créatives : Doriane du Pays des Merveilles !

Doriane est la maman de deux petites filles, Louise qui aura 7 ans en septembre et Margaux qui vient de fêter ses 4 ans. Heureuse dans son petit coin de nature, en Normandie, vous pouvez aussi la retrouver sur son blog, Le Pays des Merveilles ainsi que sur son compte Instagram. Elle y présente de nombreux tutos, comme celui que vous pouvez découvrir dans le premier hors-série de La Tribu des Idées, Les cahiers de la Tribu.

Bonjour Doriane, peux-tu nous dire comment est né ton blog ?

Mon blog est né au début de l’année 2013, Louise avait alors 1 an et demi.
J’aimais beaucoup partager nos petites activités manuelles sur mon compte Facebook personnel et j’avais beaucoup de retours positifs. Les mamans étaient heureuses de ces partages d’idées qu’elles pouvaient alors reproduire avec leurs enfants.
J’ai décidé de me lancer sur la blogosphère avec l’envie de partager nos jolis moments du quotidien, nos activités, nos lectures… À cette époque c’est un monde qui m’était totalement inconnu, je ne savais pas vraiment dans quelle aventure je me lançais.

Quel est ton loisir créatif préféré ? Et celui de tes enfants ?

J’adore créer à partir des éléments de la nature. Les pommes de pin, les branches et les feuilles des arbres, les galets, les fleurs… La richesse de ce qui nous entoure est une véritable source d’inspiration.

Mes filles aiment tester de nouvelles choses, elles sont toujours partantes pour de nouvelles expériences. Je crois que le détournement d’objets arrive en tête des activités qu’elles préfèrent. Quel plaisir et quel amusement de peindre avec une balle, une tapette à mouche, des glaçons ou encore un pistolet à eau !
Les classiques comme la peinture ou la pâte à modeler ont également toujours beaucoup de succès.

doriane, maman créative

Doriane, maman qui aime créer avec ses deux filles. Retrouvez ses idées d’activités manuelles sur son blog Le Pays des Merveilles

Est-ce que tu crées aussi pour toi, ou essentiellement avec tes filles ?

La plupart du temps, c’est avec mes filles. J’aime partager ces moments créatifs avec elles, j’aime les voir s’amuser, imaginer et rêver. À 4 et 7 ans, elles trouvent désormais leurs propres idées, elles sont totalement autonomes dans leur création.

Selon toi, les loisirs créatifs sont importants pour elles ? Pourquoi ?

Sans aucune hésitation, oui. Mes filles ont une imagination débordante, elles sont curieuses de tout et je pense que cela vient en grande partie de cet éveil créatif qui passe par l’observation de ce qu’elles ont autour d’elles.

Des projets pour le futur ?

Oui, j’ai plusieurs projets personnels et professionnels, mais je ne m’avance jamais sur ce qui est « en cours ». J’ai tendance à avancer à la vitesse d’un escargot, je préfère parler de ce qui est terminé (parce qu’il y a aussi des choses qui ne se terminent jamais ah ah)

 

Retrouvez Doriane et les autres mamans créatives dans le numéro hors-série de La Tribu des Idées spécial récup’ actuellement en kiosques. Vous y découvrirez une petite partie de leurs univers et de nombreuses activités manuelles pour les enfants !

mamans créatives : mathilde du blog MoiPasPoule

Mamans créatives : Mathilde n’est pas une poule !

Mathilde est l’heureuse maman de Lucie, 4 ans et Alice 10 mois. Son blog, MoiPasPoule.com, est un concentré d’humour, d’émotions et d’idées créatives. Retrouvez la présentation de cette maman blogueuse dans le numéro 1 du magazine La Tribu des Idées, actuellement en kiosques.

Bonjour Mathilde, peux-tu te présenter à nos lecteurs en une phrase s’il te plaît ?

Mathilde, 30 ans depuis 4 ans, maman de Lucie et d’Alice, grande curieuse et touche-à-tout, j’adore fabriquer de jolies choses avec 3 fois rien.

Peux-tu me rappeler l’âge de tes filles ?

Lucie a 4 ans et Alice a 8 mois.

Tu es professeur d’arts appliqués. Etre créatif, tu penses que ça s’apprend ?

Oui, être créatif ça s’apprend (heureusement, sinon je ne servirai à rien). C’est comme pour tout. Si on en a le goût et l’envie, qu’on est curieux des choses et qu’on essaie encore et toujours, alors on devient créatif.

mamans créatives : Mathilde fait des gâteaux

Son activité créative préférée ? Faire des gâteau extraordinaires avec 3 fois rien !

Quelles sont tes activités créatives préférées ? Et lesquelles pratiques-tu avec ta grande fille ?

Quelle question difficile! J’aime tout ! Malheureusement, avec deux petits bouts, je n’ai plus le temps de faire des activités chronophages comme la couture ou le tricot. Avec ma fille on adore cuisiner et décorer des gâteaux, faire de la peinture et fabriquer de la pâte à modeler pleine de paillette.

Sur ton blog, tu parles avec émotion mais aussi avec humour de tes 2 FIV. Est-ce une manière d’exorciser des moments difficiles ? Ou d’aider les autres femmes ?

Un peu les deux. Quand on passe par la PMA on vit des moments très durs physiquement et psychologiquement. Je suis persuadée qu’en parler de façon décomplexée et positive peut nous aider à les surmonter.

Les lectrices de ton blog apprécient ta façon de t’exprimer, plutôt directe et sans langue de bois. C’est aussi comme ça que tu es dans la vraie vie ? Ou au contraire es-tu plus réservée ?

Je suis pareille dans la vraie vie. Une vraie pipelette! Si j’ai ouvert ce blog c’est pour pouvoir raconter ma vie de maman sans l’enjoliver ou l’édulcorer.

Merci pour ta participation à notre magazine actuellement en kiosques. Pour finir, peux-tu me citer tes 3 blogs préférés ?

J’aime beaucoup Débo brico, qui est une maman touche à tout avec des idées simples et brillantes. Mini reyve pour ses jolies photos, ses idées, ses printables et sa déco canon. Et Céline Malleotrésor dont j’aime particulièrement le compte Instagram.

Retrouvez Mathilde et les autres mamans créatives dans le numéro de La Tribu des Idées actuellement en kiosques. Vous y découvrirez leurs univers et de nombreuses activités manuelles pour les enfants !

interview de poulette magique

Mamans créatives : Poulette Magique

Cécile Boyer du blog Poulette magique adore créer et détourner des objets avec sa fille, Alice. La Tribu des Idées l’a rencontrée pour la réalisation du grand dossier Créer avec les enfants, c’est essentiel. Dossier que vous retrouvez dans le numéro 1 du magazine. A cette occasion, elle revient sur l’aspect vital de cette relation avec Alice.

>> Feuilletez le magazine

Dans l’interview qui suit, Cécile nous raconte pourquoi ces moments sont importants et comment ils permettent  à Alice de développer son imaginaire. D’après Cécile, ces créations sont aussi l’occasion pour Alice de trouver un juste équilibre dans cette société de consommation.

« J’adore voir ma fille créer et détourner des objets !  » – Cécile Boyer, du blog Poulette magique.

Interview

Parlez-nous de vos passions ?

Créer, j’adore détourner et faire des DIY, j’aime aussi chiner et je suis aussi accro aux polaroids et à la photo en général

Quel est votre loisir créatif préféré ?

Le dessin et le graphisme.

Quelles sont les activités que vous préférez faire avec votre fille ?

On adore aller boire un chocolat chaud toutes les deux après que je sois allée la chercher à l’école, c’est notre moment à nous, celui où je décompresse de ma journée et où Alice peux me raconter la sienne. Je tiens vraiment à ce moment de partage entre filles. Après on adore chiner en vide-grenier des merveilles vintage, regarder des dessins animés ensemble, cuisiner des desserts et faire du dessin.

Quelles sont les activités créatives que vous avez l’habitude de partager avec elle ? Votre activité créative préférée ? La sienne ?

Alors en général on s’adapte à la demande que j’ai avec mon travail, du coup cela me permet de varier les techniques et les thèmes par exemple on peux fabriquer des pots en pâte durcissante et puis faire des enveloppes kawaii pour le Père Noël ou encore customiser un mur en collant des polaroids partout, c’est du coup hyper varié. Alice de son côté adore dessiner et faire des perles chauffantes, mais des fois elle bricole des inventions seule, elle aime construire et fabriquer des choses dans son coin et moi j’adore la regarder…

Le papa est-il aussi un créatif ? Est-ce qu’il partage parfois des activités créatives avec vous ? Ou est-ce que c’est plutôt des moments mère-fille ?

Ce sont vraiment des moments mère-fille, Jeff de son côté est professeur des écoles et va plutôt gérer la lecture et les jeux de sociétés avec elle.

Pourquoi est-ce que ces moments créatifs vous semblent importants ? Qu’est-ce que vous pensez qu’ils apportent à Alice ? Pourquoi selon vous est-ce important de créer avec les enfants ?

Pour moi c’est vital, c’est clairement à ce moment là que l’imaginaire se développe (tout comme avec la lecture) et je n’hésite pas à l’encourager en lui achetant du matériel différent pour qu’elle teste ce qui lui donne envie. Ces moments là l’apaise, elle est dans sa bulle, elle chantonne seule, se fait des histoires avec ses créations en carton… On est dans un société ou l’on peux avoir accès à beaucoup de choses facilement et j’adore la voir créer et détourner des objets, recycler, ça permet de trouver un juste milieu. Petite j’avais aussi moins de jouets et j’aimais me construire mes lits pour les Barbies, mes décors, mes habits de poupées, en plus de créer et développer l’imaginaire, on a aussi quelque chose d’unique et de précieux à nos yeux.

Est-ce que vous avez vous-même grandit dans une famille créative ? Des souvenirs/anecdotes à partager ?

Mon papa est menuisier, il transforme et sculpte le bois, grave et fabrique et j’ai donc grandi avec ces odeurs d’huile, de bois taillé et j’ai toujours adoré le regarder travailler… Petite je dessinais beaucoup et j’adoré conserver mes dessins, malheureusement à 14 ans j’ai été inondé et j’ai tout perdu, du coup maintenant quand Alice fais des dessins chouettes j’aime bien les scanner pour garder une trace.

Chez vous c’est plutôt « joyeux bazar » ou « chaque chose à sa place » ?

C’est un très joyeux bazar, j’assume totalement mon bordel organisé je n’arrive pas à créer sans. Des fois j’accumule trop de chose et je passe un temps fou à tout trier , classer et organiser et bizarrement 2 jours après tout est de nouveau dérangé. J’ai vraiment besoin de ce roulement pour me sentir bien et j’ai abandonné l’idée d’avoir une maison témoin ( je pense même ne jamais avoir eu cette idée ahaha). Je trouve ça bien aussi de ne pas forcément avoir un intérieu r casual, ma maison est mon lieu de travail, du coup c’est impératif pour moi de m’approprier les lieux et pour Alice je lui ai laissé un mur entier ou elle s’est fait un moodboard de ses photos, affiches, collages préférés et depuis toute petite elle va remplir le mur avec ses souvenirs 🙂

Deux ou trois blogs de mamans créatives (ou de papas créatifs) que vous recommanderiez ?

Morganours et Céline de Merci pour le chocolat.

Voir