Le Blog de la Tribu

Nous adorons écrire sur les activités créatives pour les enfants et vos commentaires sont une source d'inspiration

Créer avec les enfants : pourquoi c’est bon pour eux ?

Les enfants sont inventifs. Leur innocence les aide à développer une créativité débordante dont ils tireront d’énormes bénéfices, y compris à l’âge adulte. Mais quels sont ces bénéfices ?

En 2016, l’étude Adobe State of Create dévoilait que 69 % des Français pensent que le fait de développer leur propre créativite fait d’eux de meilleurs parents. Ils sont également 84 % a penser qu’une pédagogie du « faire pour apprendre » est plus efficace qu’une pédagogie qui utilise des instructions simples et directes. Et s’ils avaient raison ? Alors que la télévision, les jeux vidéos et Internet envahissent de plus en plus le quotidien des enfants, vous êtes toujours plus nombreux a chercher des solutions pour contrer les effets néfastes de ces écrans. Aux cotes des voyages et des jeux classiques, les loisirs créatifs sont une solution incontournable aux multiples bienfaits.

Développer leur imagination

Vous ne vous en rendez pas forcément compte, mais quand un enfant colle des gommettes, découpe de vieux magazines ou colorie un dessin, il donne un grand coup de pouce à son développement ! Choisir les formes, associer les couleurs, se concentrer pour ne pas dépasser sont des réflexes qui peuvent paraître anodins mais qu’il est important d’entretenir. En laissant libre court à son imagination, l’enfant va exprimer ses idées et son humeur du moment. Il va également apprendre à s’intéresser à son environnement, à avoir un point de vue sur les choses, à se distinguer des autres et finalement à développer sa propre personnalité, sa propre identité. En facilitant l’expression des idées et émotions, la création est un outil particulièrement efficace chez les enfants timides. Composer un herbier peut développer un intérêt pour les sciences naturelles. Tout comme créer des bijoux ethniques peut encourager une passion pour l’histoire. Par l’intermédiaire des loisirs créatifs, les enfants vont apprendre à réfléchir à ce qu’ils voient autour d’eux, et ainsi booster leur soif d’apprendre.

69 % des Français pensent que le fait de développer leur créativité fait d’eux de meilleurs parents

Booster leur estime de soi

Quand un enfant termine un projet créatif, il ressent bien souvent un sentiment d’accomplissement et une fierté qui stimuleront son estime de soi de manière particulièrement saine, surtout s’il a travaillé dur pour mener ce projet à bien. Et même s’il ne réussit pas du premier coup, il apprendra à utiliser les échecs à son avantage. Les loisirs créatifs peuvent aider les enfants, comme les adultes, à se sentir plus calmes et à dénouer de nombreux problèmes. En effet, plutôt que de blâmer les autres ou de rester passives face à un événement, les personnes créatives vont se tourner automatiquement vers la recherche de solutions.

Renforcer les liens

Les enfants sont très influencés par leur environnement et par les personnes qui interagissent avec eux régulièrement. Outre le fait de les tenir occupés un jour de pluie, les loisirs créatifs permettent de partager un temps de qualité, fait de jeu et de plaisir. Essayez, vous verrez que le bénéfice ressenti est immédiat ! Ces moments partagés, conviviaux, resteront gravés dans la mémoire de l’enfant toute sa vie. C’est pour cela que vous découvrirez tout au long de votre magazine des dizaines d’idées d’activités qui vous aideront à développer le potentiel créatif des enfants.

[TUTO] Voguez petites noix

Fabriquez des petits bateaux en récupérant des coquilles de noix et faites les voguer sur des petits cours d’eau ou dans une petite bassine !

Le hors-série numéro 5 de La Tribu des Idées est en kiosques

Les cadeaux, les jeux, les copains, les friandises… Un anniversaire, c’est un événement essentiel dans la vie d’un enfant. Grâce à notre hors-série, faites de cet événement un moment magique !

Un numéro pour émerveiller les enfants

Les enfants sont très spontanés et très peu exigeants, aussi il suffit de pas grand-chose pour les émerveiller. Un gâteau rigolo, une déco particulière, quelques activités récréatives… et le tour est joué !

Vous trouverez dans ce numéro toute l’inspiration nécessaire pour provoquer les plus belles réactions le jour J. Nous vous présentons des dizaines d’idées gourmandes, décoratives et ludiques pour dix thèmes différents. Parmi eux, il y a forcément le vôtre !

En fin de magazine, profitez de nos bonus à découper. À vos ciseaux pour créer en un clin d’œil une déco unique et festive !

Les sourires des enfants seront des récompenses irremplaçables et inoubliables !

Le magazine sera disponible en kiosques à compter du 20 mai et dès aujourd’hui sur ce site en version papier et numérique.

Il existe même un pack spécial anniversaire pour satisfaire toutes vos envies créatives !

cahier de jeux et d'activités

Cahier de jeux et activités gratuit à imprimer

Depuis sa création, La Tribu des Idées œuvre pour la créativité, la bienveillance et le partage.

Depuis le début de la crise du coronavirus, nous vous avons régulièrement offert du contenu pour occuper les enfants avec des idées simples, originales et économiques.

Aujourd’hui, nous avons eu envie de vous faire un nouveau cadeau :

Un cahier de jeux et d’activités à télécharger gratuitement et à imprimer depuis chez vous. Labyrinthes, coloriages, puzzle… découvrez 10 pages élaborées spécialement pour les enfants et qui promettent de belles heures de détente sans écran. Pour recevoir ce cahier d’activité, il suffit de vous inscrire à notre newsletter ici :

Si vous êtes déjà inscrits, vous allez recevoir votre cahier de jeux et d’activités dans les jours qui viennent.

Pour les autres, pas d’inquiétude : en vous inscrivant, vous ne serez pas envahis de mails de notre part, nos newsletters étant très ponctuelles (environ une par mois).

Nous espérons que petits et grands apprécieront ce cahier de jeux et d’activités.

N’hésitez pas à nous soutenir en partageant vos moments créatifs en photos sur Facebook et Instagram en nous identifiant : @latribudesidees

Interview de Marie du blog Little Bunbao

Interprète en langue des signes française (LSF) et formée à la psychologie du développement de l’enfant, Marie est la maman épanouie de Bao, 2 ans. Elle attend un deuxième enfant pour le mois de juin. Nous avons eu le plaisir de l’interviewer pour le numéro 9 de La Tribu des Idées. Retrouvez ici l’intégralité de cette interview.

Pourquoi signer avec bébé ?

Pour un nombre incalculable de raisons mais la plus évidente, c’est que signer avec son bébé permet de réduire sa frustration. On met en place les signes avant l’apparition de la parole (on associe les signes puisés de la langue des signes aux mots prononcés à l’oral en même temps pour que le bébé puisse relier les deux). Ainsi il va pouvoir exprimer, au travers de ses mains, ses besoins comme la peur, la faim, son besoin d’être rassuré, apaisé ou aidé. C’est un bien joli outil pour comprendre que l’enfant est une véritable personne avec des besoins auxquels il est important de répondre. Ce sont donc des signes puisés de la langue des signes française (LSF) qui vont être associés à la parole. Mais les enfants ne vont pas être bilingue LSF car on ne fait pas de phrase, on utilise les signes comme des outils. Les signes ne permettent pas que ça chez le bébé, ils vont stimuler son éveil, sa coordination, sa motricité fine et surtout contribuer à construire une complicité avec la personne qui les lui apprend et les pratique avec lui. Quand on signe avec son enfant, on est entièrement connecté à lui : notre regard, notre corps… tout est tourné uniquement vers lui. Dans une ère où l’on vit le téléphone greffé à la la main et les yeux rivés sur des écrans, ce sont de véritables moments d’échanges de qualité.

« À partir de 6 mois, le cerveau de l’enfant commence à mémoriser les signes, c’est un âge clé pour s’y mettre »

Y a-t-il un âge idéal pour commencer ? Et un âge limite ?

On peut commencer à signer avec son bébé dès la naissance pour en prendre l’habitude. Les comptines signées vont être un sacré outil pour apaiser son tout petit. À partir de 6 mois, le cerveau de l’enfant commence à mémoriser les signes, c’est un âge clé pour s’y mettre. On va donc toujours signer le mot en le prononçant à l’oral, et le répéter dans le temps. À partir de 9 mois, les bébés commencent à avoir la capacité motrice à reproduire les signes qu’ils ont retenu pour exprimer ce dont ils ont besoin.

Il n’y a aucun âge limite pour se mettre à signer avec son enfant, bien sûr en fonction de son âge on va signer les mots qu’il ne prononce pas encore. Même pour les plus grands ça a une véritable utilité, comme celle de signer leurs émotions qui sont plus faciles à exprimer en signes lorsqu’ils sont submergés. Diverses activités linguistiques peuvent également être créées, autour par exemple des animaux, des aliments, pour découvrir du nouveau vocabulaire de manière ludique.

Par quoi commencer ? Pourriez-vous par exemple nous conseiller 5 signes incontournables ?

Chaque enfant est unique il en revient aux parent qui savent mieux que quiconque les choses essentielles pour leur enfant mais si je devais en conseiller quelques uns :

Le signe « encore ». Il va permettre au bébé de dire si il veut qu’une action se prolonge comme pour le bain ou le repas ou bien des moments d’échanges comme des câlins des chatouilles ou des chansons.

Le signe « fini ». Le bébé va pouvoir informer sans pleurer ou se mettre en colère qu’il souhaite que l’action en cours se termine : comme pendant le bain si il a froid, un soin, le repas etc.

Le signe « tétée » ou « lait », pour qu’il puisse nous dire qu’il a faim ou besoin de réconfort.

Le signe « peur ». C’est un signe qui est très vite signé par les tout petits il permet de mieux

comprendre leurs craintes qui sont à cet âge très intenses et difficiles à identifier.

Le signe « Changer la couche ». Une couche souillée n’est pas franchement agréable pour eux et va mettre certains bébé dans un véritable inconfort et provoquer des pleurs, c’est donc un signe qui permet de vite remédier à cette situation.

Quand et comment avez-vous découvert la LSF ? Vous l’avez pratiquée avec Bao ?

C’est une histoire d’amour de longue date. J’ai découvert la langue des signes Française lorsque j’étais enfant dans un livre à la bibliothèque, et j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette langue. J’en ai fait ensuite ma vocation ça a dessiné tout mon parcours scolaire, mes études et formations. Je suis devenue ensuite interprète Lsf /français auprès des enfants atteints de surdité dans le milieu scolaire. Et une fois que je suis devenue maman, je me suis retrouvée comme beaucoup impuissante face aux pleurs de ma fille, à ne pas comprendre ce qui n’allait pas, ce dont elle avait besoin, la cause de ses nombreux pleurs. Je savais qu’aux États Unis les signes de l’ASL étaient utilisés avec les bébés pour leur permettre de communiquer, je me suis donc mise à lui signer les mots importants correspondants à ses besoins et ainsi tout naturellement j’ai commencé à mettre en place avec elle les signes, et lui faire des comptines signées qui l’apaisaient des manières impressionnantes lors des trajets en voiture, chez le pédiatre et autres situations inconfortables pour elle. Un vrai succès ! Elle a commencé à signer « encore » lors des repas vers 10 mois, ce qui nous a permis de découvrir ce qu’elle appréciait vraiment . Puis après l’acquisition de la marche, ce fut l’explosion au niveau de son lexique. Tous les signes que son cerveau avait vu, elle les avait retenu. Ce fut un vrai bonheur de la comprendre aussi facilement !

« Il faut foncer et semer les graines du maternage pour un plus large épanouissement des familles »

Au-delà des bienfaits de la LSF, c’est toute la notion de maternage proximal que vous défendez ?

Le maternage proximal est au cœur de ma parentalité. Il a été une évidence au fil des découvertes. Il a permis mon épanouissement, celui de ma fille et celui de ma famille toute entière. Alors forcément j’informe sur ce sujet dont on ne parle pas assez, il me semble

capital d’en connaître l’importance pour le développement de l’enfant et des parents. Encourager la mère comme le père à s’écouter, se fier à son instinct, répondre aux besoins de leur enfant et envoyer valser les conseils poussiéreux qu’on peut nous rabâcher qui vont à l’encontre du bien être du bébé comme du parent, me semble primordial. Les neurosciences appuyant tout cela, il n’y a pas de place au doute : il faut foncer et semer les graines du maternage pour un plus large épanouissement des familles.

« Le grand guide des signes avec bébé » est votre premier livre ? Comment s’est passée la collaboration avec Hachette ? Et avec l’illustratrice Emmanuelle Pioli ?

C’est mon tout premier livre, un véritable prolongement de ce que je partage sur les réseaux: des signes puisés de la LSF et du maternage proximal. Je n’aurais jamais pensé avoir la chance d’écrire et d’être éditée, alors quand les éditions Marabout Hachette m’ont contacté pour « écrire le livre de ma vie » j’ai cru que c’était un canular ! Deux éditrices formidables m’ont pris sous leurs ailes toutes deux jeunes mamans et convaincues de la réussite de ce livre elle m’ont guidé dans cette aventure, un smile et un enthousiasme qui m’ont permis de foncer et saisir cette chance. Elles m’ont de suite proposé en illustratrice Emmanuelle Pioli elles ont ouvert son dernier ouvrage dont elle avait réalisé les illustrations : il a fallu juste un coup d’œil pour comprendre qu’elle était l’illustratrice de mon livre : un univers rond, doux et coloré se mêlant parfaitement au mien, une véritable chance pour moi ! Emmanuelle a su au fil des semaines comprendre toute l’importance des signes de la LSF, de cette langue dans laquelle on pioche et qui me tient tant à cœur. Elle s’est appliquée à respecter l’ensemble de la magie de chaque signe en traduisant à merveille les expressions du visage et la complexité de certaines configurations, pour un résultat coloré et chaleureux.

« Depuis que Bao est née, je danse avec elle »

Quelles sont les activités que vous partagez avec Bao ?

Depuis que Bao est née, je danse avec elle. Au départ c’était pour la bercer en portage et décompresser des longues journées pour la re-motiver puis c’est devenu un rituel une activité qui illumine la maison et transforme la lassitude, la fatigue en éclats de rire. On l’utilise pour décharger lors des journées trop intenses tristes ou lourdes. La lecture a également une place capitale dans nos journées, et maintenant qu’elle grandit le skate et le surf, passions qui ont permis à mon mari et moi de nous rencontrer, nous voulons le partager avec elle.

De mon côté, la photographie reste au cœur de mes passions et j’ai la chance de pouvoir l’intégrer à une partie de mes activités professionnelles : la création de contenu sur les réseaux sociaux.

Merci de bien vouloir citer 3 blogs ou compte instagram que vous recommanderiez, en expliquant pourquoi en une phrase.

Le compte instagram que tout parent ou futur parent devrait connaître : @lamatrescence, une pépite d’Instagram au travers de Clémentine Sarlat qui informe sur le phénomène de la matrescence qui touche sans le savoir tous les parents.

Le blog de @novaswithlove : un puits sans fin d’infos fiables et récentes pour accompagner les parents dans le maternage proximal et notamment au niveau du sommeil de l’enfant qui restent pour beaucoup un cause de stress intense.

La formidable illustratrice @fannyvella qui, à travers des dessins, réalise l’impensable : mettre en lumière le point de vue de l’enfant du bébé, un véritable soleil dans l’univers du maternage, elle éclaire ainsi de nombreux parents.

1er mai : cinq idées pour fabriquer du muguet !

Réalisez vous-même, avec vos enfants, de magnifiques bouquets printaniers créatifs. Voici 5 idées pour fabriquer manuellement du muguet et célébrer le 1er mai 2020 malgré le confinement.

Avec une boîte d’œuf

Sur le site Cabane à idée, on retrouve une belle idée récup’ pour créer un effet 3D. Pour créer les clochettes, il suffit de découper et peindre les cavités d’une boîte d’œuf.

Avec des cœurs en papier

On craque pour cette idée de Lilou’s Shark dans laquelle de petits cœurs en papiers (découpés à la perforatrice) sont collés sur une tige pour figurer les clochettes.

Avec de la peinture

Merci à Cybernanie pour cette jolie idée réalisable même par les plus jeunes. Pour faire les clochettes, il suffit de tremper en bouchon en liège dans de la peinture blanche, de tamponner la feuille puis d’utiliser une fourchette pour les finitions.

Avec des farfalles

Chez Nounou Angélique, on utilise des pâtes sèches, coupées en deux et peintes en blanc. Simplissime, original et pourtant tellement évident !

Avec du polystyrène

On aime particulièrement les idées qui permettent de réduire les déchets ! Ici, les Pious de Chatou utilisent des cylindres de maïs, mais on peut aussi imaginer récupérer du polystyrène d’emballage.

Bonus : avec du papier roulé

Encore une idée simple, rapide et économique que nous vous présentons dans notre numéro de printemps, disponible chez votre marchand de journaux ou en version numérique sur notre site.

Le numéro 9 de La Tribu des Idées est en kiosques

Besoin de vous évader de chez vous sans sortir ? Pourquoi ne pas laisser libre cours à votre imagination avec les nombreuses idées créatives et DIY du nouveau numéro de La Tribu des Idées ? Les enfants vont adorer, et vous, vous apprécierez ces moments complices.

Un numéro pour créer ensemble

Déjà deux ans que nous partageons nos plus belles idées avec vous ! Dans ce numéro anniversaire, vous trouverez un dossier spécial pour aider vos enfants à découvrir les bienfaits de la terre et des plantes, même si vous vivez dans un appartement sans jardin !

Le bonheur de jardiner en famille

Ce numéro met aussi l’accent sur les belles rencontres. Vous y trouverez par exemple l’interview de l’animatrice Agathe Lecaron, qui a lancé il y a quelques semaines sa propre marque de vêtement pour enfants et bébés. Vous y apprendrez aussi les bienfaits et les rudiments de la langue des signes pour bébé grâce aux conseils de la spécialiste Marie Cao du blog Littlebunbao.

Dans notre rubrique cuisine, notre nouveau partenaire Chef Club vous propose un tuto créatif pour réaliser un gâteau-papillon gourmand et printanier.

Les tutos illustrés de notre cahier spécial enfants permettront comme toujours aux plus petits de créer avec vous ou même en toute autonomie !

Le numéro sera disponible en kiosques à compter du 10 avril et dès aujourd’hui sur ce site en version papier et numérique.

Il existe même un pack spécial printemps pour satisfaire toutes vos envies créatives !

poupées tracas

[TUTO] Fabrique des petites poupées tracas

Il te faut :

  • Deux morceaux de bois (environ 4 et 3 cm)
  • Morceau de tissu : 4x2cm
  • Laine ou ficelle
  • Ciseaux

ETAPE 1

Place-les morceaux de bois en croix et entoure-les de laine en serrant bien pour les fixer. Les « bras » doivent être fixés en haut du corps. Fais un nœud et coupe la laine qui dépasse.

ETAPE 2

Plie le morceau de tissu en deux et fais une petite découpe en croix pour pouvoir l’enfiler par le haut. Fixe-le en l’entourant avec un brin de laine (4 à 5 tours) sous les « bras ». Fais un nœud et coupe la laine qui dépasse.

ETAPE 3

Coupe 10 brins de laine de 5 cm environ et attache-les ensemble par un autre brin plus long (20 cm environ). Fais un nœud mais ne coupe pas la laine qui dépasse.

ETAPE 4

Fais passer les deux brins longs dans la perle. Si c’est trop difficile tu peux t’aider d’un morceau de fil de fer fin.

ETAPE 5

Attache la « tête » au corps en entourant les brins de laine autour du corps et des bras. Tu peux dessiner un visage sur les perles si tu le souhaites.

Le saviez-vous ?
Inspirées d’une tradition Guatémaltèque, ces poupées malicieuses à placer près du lit éloigneront toutes les peurs et inquiétudes des enfants !

Pâte à modeler, pâte à sel, pierre de lait : 3 recettes à faire soi-même

Vous souhaitez occuper les enfants avec une activité ludique et qui ne nécessite pas de matériel spécifique ? Vous êtes au bon endroit !

2 idées de maquillages faciles à refaire à la maison

C’est les vacances ! Vous cherchez une activité d’intérieur à faire avec les enfants ? En voici une qui devrait les ravir. Avec notre partenaire Grimtout, nous vous proposons deux idées de maquillages filles et garçons, étape par étape. Munissez vous d’un pinceau, de maquillage et d’une éponge… Et faites parler votre talent !

1 – Princesses et paillettes

Ce qu’il vous faut :

  • Éponge
  • Pinceau
  • Fards de maquillage : blanc, blanc nacré, bleu lagon, rose vif et violet
  • Gel pailleté Or

Etape 1

A l’aide d’une éponge humide, réalisez d’abord le fond. Tamponnez du blanc nacré sur le bas du front, au-dessus des yeux. Appliquez ensuite le rose sur le nez, les yeux fermés et les pommettes. Enfin, toujours à l’éponge, tamponnez le haut du front et les tempes en bleu lagon.

Etape 2

Avec un pinceau chargé de violet, tracez un point en haut du nez, puis 5 petites virgules partant de ce point. Ajouter 2 volutes de chaque côté du front. Enfin, tracez des virgules aux coins des yeux et des volutes descendant sur les joues, de chaque côté.

Etape 3

Avec un pinceau fin chargé de blanc, ajoutez de nouvelles virgules et volutes, ainsi que de petits points sur le front et en haut du nez.

Etape 4

Au pinceau, ajoutez quelques virgules et volutes roses. Peignez les lèvres en rose, et finalisez avec des touches de gel pailleté or sur les lèvres, le nez, les sourcils et les pommettes.

2 – Le preux chevalier

Il vous faut

  • Éponge
  • Pinceau moyen
  • Fards de maquillage sans paraben : Argent métallique, bleu vif, noir, rouge vif

Etape 1

Appliquez avec une éponge humide un fond de couleur argent.

Etape 2

Délimitez au pinceau chargé de noir, des formes ovales autour des yeux et les zones métalliques du heaume. Agrémentez de points noirs au-dessus des sourcils.

Etape 3

Dessinez au pinceau les armoiries : rouge pour la fleur de lys et bleu vif pour l’écusson (alternez les damiers dont argent du visage et carré bleu). Vous pouvez aussi vous aider d’un pochoir adhésif.

Voir