École à la maison : on fait le point !

Sérieusement remise en question l’année dernière, l’instruction en famille (IEF) est finalement restée accessible à tous et séduit aujourd’hui plus de 62 000 familles. Pourtant, elle est encore menacée et le gouvernement prévoit une période de transition jusqu’à l’année 2024-2025. La rentrée qui approche est l’occasion de vous en dire plus sur ce mode d’instruction.

Alors que les confinements ont contraint de nombreux parents à s’improviser enseignants pour leurs enfants à la maison, ils en ont également incité certains à envisager d’adopter cette méthode pour de bon !

À qui s’adresse-t-elle ?

L’article 21 de la loi séparatisme, qui vise à soumettre l’IEF à l’autorisation du rectorat, n’ayant finalement pas été adopté, le choix de cet enseignement reste accessible à toutes les familles comptant un ou des enfants d’âge scolaire (de 3 à 16 ans). Ainsi, les parents souhaitant faire l’école à la maison doivent simplement en faire la déclaration écrite à la mairie de leur commune et au directeur académique des services de l’éducation nationale (Dasen). Aucun diplôme particulier n’est requis.

Il existe, en outre plusieurs cas dans lesquels l’IEF s’impose, par exemple un handicap, la pratique d’une activité sportive incompatible avec l’emploi du temps scolaire ou le fait d’habiter trop loin d’une école. Les démarches à effectuer sont les mêmes.

Une instruction sous contrôle

Dans tous les cas, hors de question de laisser l’IEF en dehors des radars ! Les familles y ayant recours sont soumises à deux types de contrôle : administratif et pédagogique.

Le premier, mené par la mairie tous les deux ans, vise à vérifier le bien-fondé du choix de l’IEF ; à savoir, si elle est effectivement compatible avec les conditions de vie décrites dans la déclaration.

Si l’IEF permet d’étudier à un rythme différent de celui de l’école classique, les connaissances à acquérir restent identiques pour tous. Les enfants concernés sont ainsi suivis par des inspecteurs d’académie leur faisant passer chaque année une évaluation, adaptée bien sûr à l’âge et à la santé de chacun.

Enfin, comme à l’école, gare à la triche ! Tout manquement aux règles, tel que le refus de contrôle ou de retour en école ordinaire suite à des résultats insuffisants, pourra se voir sanctionné de lourdes amendes.

Découvrez sur notre blog le témoignage d’une maman qui pratique l’IEF.

Retrouvez d’autres articles sur la tribu des idées !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir